Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lola Flash : sexualité, race et genre

Le livre Believable: Travelling with My Ancestors retrace le travail novateur de la photographe qui a documenté les communautés de couleur queer au cours des quatre dernières décennies.

À l’avant-garde de l’art et de l’activisme depuis le début des années 1980, la photographe Lola Flash a eu un parcours à part, utilisant son l’appareil pour créer un portrait complexe et plein de nuances des communautés queer de couleur. 

L’acte de voir et d’être vu est central, dans le travail de Lola Flash, marqué par une grande sensibilité. Inspiré notamment par Gordon Parks, Anthony Barboza, Richard Avedon et Carrie Mae Weems, ce travail a ouvert de nouvelles perspectives sur l’avenir.

Koho, 2013, New York © Lola Flash / Believable est publié par The New Press
Koho, 2013, New York. © Lola Flash / Believable est publié par The New Press
Ilona, 2012, New York. © Lola Flash / Believable est publié par The New Press
Ilona, 2012, New York. © Lola Flash / Believable est publié par The New Press
Toni, 2011, Torquay. © Lola Flash / Believable est publié par The New Press
Toni, 2011, Torquay. © Lola Flash / Believable est publié par The New Press
© Lola Flash / Believable est publié par The New Press
Felli, 2021, New York. © Lola Flash / Believable est publié par The New Press

« Le queerness, dans l’univers multiforme de Flash, est riche en couleurs, imprégné d’amour. Elle l’aborde d’une manière infiniment généreuse et ouverte. C’est une vision de l’identité queer qui ne se limite pas aux représentations de genre ou aux identités sexuelles, mais qui s’étend voluptueusement à travers les âges, les races, les lieux », écrit la conservatrice Renée Mussai dans l’introduction de Believable: Travelling with My Ancestors

Présentant des images de ces séries réalisées par Flash au cours des quatre dernières décennies, Believable retrace le parcours de la photographe, depuis la série de portraits « Cross Colour » douée d’une véritable force électrique, jusqu’à la série la plus récente, « Syzygy, the vision », témoignant d’une vision profonde de l’afrofuturisme au 21ème siècle.

© Lola Flash / Believable est publié par The New Press
Joshua Tree (extrait de syzygy, the vision). © Lola Flash / Believable est publié par The New Press
© Lola Flash / Believable est publié par The New Press
2021, Fire Island (extrait de syzygy, the vision). © Lola Flash / Believable est publié par The New Press

Le pouvoir des femmes

Dans les années 1960 et 1970, Lola Flash renverse le statu quo, afin de créer un espace où exprimer ce qui ne l’a pas encore été. Elle rejoint ACT UP et ART+ pendant l’épidémie de sida et photographie, en première ligne, les mouvements de protestation en utilisant un processus innovant connu sous le nom de « cross-color », restituant au tirage les couleurs du négatif. Flash se servira de cette même technique pour illustrer des scènes plus intimes de la vie queer dans sa série, « Cross Colour » (1980-1990), empreinte d’un érotisme à la fois radical et délicat.

On sait que « représentation » et « visibilité » sont devenus des mots à la mode dans les entreprises, ces dernières années ; mais ils sont chargés de sens, dans la pratique de Flash. En 1989, Gran Fury réalise Read My Lips, une campagne publicitaire virale visant à faire savoir au monde que « s’embrasser ne tue pas ». Flash et sa petite amie sont l’un des trois couples – gay, lesbienne et hétérosexuel – que l’on voit en train de s’embrasser, sur les photographies placardées sur les bus.

© Lola Flash / Believable est publié par The New Press
Cow Girl, 1994, London. © Lola Flash / Believable est publié par The New Press
Bill Coleman, 2017, New  York. © Lola Flash / Believable est publié par The New Press
Bill Coleman, 2017, New  York. © Lola Flash / Believable est publié par The New Press

L’impact est immédiat, indubitable et profond, ce qui témoigne du pouvoir transformateur de la photographie à une époque où les images de lesbiennes noires sont rares. Flash s’engage donc dans une voie non-frayée, réalisant des portraits sensuels et d’une superbe élégance pour les séries « Surmise», « [Sur]passing », « Salt » et « Legends ».

Les œuvres regroupées dans Believable sont une célébration de la beauté, de ce que l’humanité peut offrir de plus merveilleux. Rendant hommage à des artistes tels que Ay Sherald, Carrie Mae Weems et Tabboo!, ou encore les légendes trans Buck Angel et la philanthrope Agnes Gund, ces images témoignent d’une lignée commune, et sont des artéfacts autant que des œuvres d’art, reliant le présent au passé.

« Ce ne sont pas seulement” des images, mais seulement des visions, des visibilités et des visualités qui sont équitables et radicalement / magnifiquement différentes », écrit Renée Mussai. « Ces images pleines de justesse mettent en avant les priorités politiques, sociales, culturelles et esthétiques des femmes, des personnes non binaires et trans de couleur – leurs histoires, nos histoires, ses histoires : des visions audacieuses qui se traduisent par l’amplification, l’activation, l’animation. »

© Lola Flash / Believable est publié par The New Press
Sadako, 2008, New York. © Lola Flash / Believable est publié par The New Press
© Lola Flash / Believable est publié par The New Press
Amy, 2019, Hoboken. © Lola Flash / Believable est publié par The New Press


Believable: Travelling with My Ancestors est publié par The New Press, 21,99 $

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.