Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Portraits de jeunes filles noires à l’aube de l’âge adulte

Une nouvelle exposition rassemble les œuvres de plus de 85 femmes et filles noires et artistes genderqueer pour, à travers leur regard, réimaginer radicalement notre monde.
Ángelina Cofer
Dix-neuf 2021 © Ángelina Cofer
Kahran Bethencourt
Une âme sophistiquée 2017 © Kahran Bethencourt
Jada Rodriguez
Le bal se termine à 17 heures 2019 © Jada Rodriguez

En 1989, Kimberlé Crenshaw invente le terme « intersectionnalité » pour explorer la manière dont les systèmes de pouvoir enracinés dans la race et le genre affectent singulièrement les femmes noires aux États-Unis. L’analyse intersectionnelle crée un espace pour des perspectives largement absentes des récits dominants – récemment démontrées sur la scène nationale lors des audiences de confirmation du Sénat pour Ketanji Brown Jackson, qui est depuis devenue la première femme noire à la Cour suprême des États-Unis.

Les doubles standards ouvertement pratiqués par les membres du gouvernement contrastent fortement avec ceux exposés lors des auditions de confirmation de Brett Kavanaugh et Amy Coney Bartett. Ces préjugés dévalorisants sont souvent imposés aux jeunes, déformant leur développement psychologique et émotionnel, ainsi que leur sentiment d’identité, bien avant qu’ils n’aient l’occasion de se réaliser pleinement. 

Sophia Nahli Allison
Une chanson d’amour pour Latasha 2019 © Sophia Nahli Allison
Deborah Jack
Regarder vers l’extérieur 2016 © Deborah Jack

L’impact est stupéfiant, mais largement sous-estimé par la presse américaine. Routinièrement hypersexualisées et adultifiées, les filles noires sont devenues plus vulnérables à la violence et aux traumatismes, tout en étant invisibilisées. En 2018, le National Center of Violence Against Women in the Black Community a indiqué qu’une fille noire sur quatre a été abusée sexuellement avant l’âge de 18 ans, tandis que jusqu’à 60 % d’entre elles ont été soumises à des contacts sexuels coercitifs alors qu’elles étaient mineures. Bien que les femmes noires ne représentent que 7 % de la population américaine, elles constituent 40 % des victimes de la traite d’êtres humains, avec quinze ans de moyenne d’âge.

Un regard extérieur

Considérant le fait que la visibilité remodèle la perception et élargit la compréhension, les photographes et activistes Scheherazade Tillet et Zoraida Lopez-Diago ont coorganisé la nouvelle exposition “Picturing Black Girlhood : Moments of Possibility”. « Les filles noires sont nos productrices culturelles les plus créatives, nos connecteurs communautaires et nos inventrices de tendances, mais leurs contributions sont rarement reconnues et leurs vies sont largement invisibles dans notre culture dominante, y compris dans le monde de l’art », expliquent les commissaires. 

Fanta Diop
Manifestations de Black Lives Matter 2020 © Fanta Diop
LaToya Ruby Frazier
Autoportrait 2009 © LaToya Ruby Frazier

« L’un des principaux catalyseurs de cette exposition a été la reconnaissance du fait que la féminité noire est une étape essentielle du développement, un moment important de l’éveil politique, un site de représentation en conflit et une source critique d’inspiration artistique. Il en résulte un bouleversement des hiérarchies traditionnelles du monde de l’art et un recentrage des filles noires en tant que sujets, artistes et agents de leur propre vie. »

“Picturing Black Girlhood” présente plus de 170 œuvres réalisées par 85 femmes, filles et artistes genderqueer noires, âgées de 8 à 94 ans et travaillant dans la photographie et le cinéma – dont plus de la moitié ont moins de 18 ans. L’exposition associe des artistes établies telles que Lorraine O’Grady, Carrie Mae Weems et Lola Flash, des photographes moins connues comme Nydia Blas, Adama Delphine Fawundu et Nona Faustine, ainsi que des figures émergentes comme Fanta Diop et Savannah Flowers, et dévoile un regard inclusif sur les façons dont les artistes femmes noires et genderqueer se perçoivent. 

Lorraine OGrady
Le temps des copines © Lorraine OGrady

Un regard intérieur

« De nombreux binômes de l’exposition encouragent également de nouvelles interprétations des images et incluent le féminisme noir dans la généalogie de la photographie et du cinéma », expliquent les co-commissaires Scheherazade Tillet et Zoraida Lopez-Diago. « Dans cette lignée, les frontières entre le collage, le portrait, la photographie commerciale, conceptuelle et documentaire, la sculpture et le film expérimental s’effondrent. Et la représentation de l’enfance noire se révèle être un rite de passage et un processus libérateur. »

Les images phares de l’exposition, Rural Family Girlhood, Mileston, Mississippi (1968) de Doris Derby et Nineteen, Chicago (2021) d’Ángelina Cofer, offrent un regard sur l’intimité de jeunes filles noires à plus d’un demi-siècle d’intervalle. Doris Derby, une militante des droits civiques qui vient de décéder, et Angelina Cofer, une dirigeante du mouvement Black Lives Matter et de Me Too, offrent une vision très large sur les thèmes partagés des femmes noires. Des scènes urbaines aux paysages bucoliques, des médiations sur l’histoire à l’extraordinaire épanouissement de la jeunesse LGBTQ, des réflexions sur le deuil aux manifestations toujours en cours pour les droits civiques, “Picturing Black Girlhood” dresse un portrait complexe et aux multiples facettes, aussi hétéroclite et riche que les artistes elles-mêmes.

La nouvelle exposition « Picturing Black Girlhood : Moments of Possibility »  est présentée à l’Express Newark de l’université Rutgers-Newark, dans le New Jersey, jusqu’au 15 août 2022.

Doris Derby
Doris Derby membre des médias du Sud photographiant une jeune fille Farish Street Jackson Mississippi 1968 © Doris Derby

Vous avez perdu la vue.
Ne ratez rien du meilleur des arts visuels. Abonnez vous pour 9$ par mois ou 108$ 90$ par an.