Blind Magazine : photography at first sight

Regards vers le monde au festival L’œil urbain

Pour sa dixième édition, le festival L’œil urbain organisé à Corbeil-Essonnes présente une dizaine d’expositions déclinées sous forme de parcours photographique à travers plusieurs lieux de la ville, en intérieur (Commanderie Saint-Jean, Galerie d’art municipale, Médiathèque Chantemerle, Théâtre) comme en extérieur (parvis de l’Hôtel de Ville, square Crété, Rue du Trou-Patrix, kiosque à musique). Retour sur trois séries à découvrir.
PALOMA LAUDET
« Mur « anti-intrusion » qui entoure la station essence Total où certains camions s’arrêtent avant de partir en Angleterre. Construit en 2019, il mesure 3 mètres de haut. Ces vingt dernières années, plus de 270 migrants sont décédés en tentant de rejoindre la Grande Bretagne. Calais, France. 12/03/2020. » © Paloma Laudet / Collectif Hors Format

John Trotter – « No Agua, No Vida »

Mars 2001. Le photographe John Trotter décide d’aller voir ce qu’il lisait depuis des années à propos du fleuve Colorado. D’immenses barrages auraient tellement bloqué son débit qu’il n’atteindrait presque plus la mer de Cortez. Au volant de sa voiture de location, alors qu’il se rend pour la première fois constater de ses propres yeux, il se dit : « Je n’avais aucune idée d’où ce projet allait me mener, je sentais seulement que je devais le commencer. » Vingt ans plus tard, le photographe a parcouru et photographié le fleuve sur ses 1400 miles de long, depuis ses sources dans les montagnes rocheuses jusqu’aux vestiges desséchés de son delta surplombant le golfe de Californie, au Mexique. Le début de son projet a aussi concordé avec « le début d’une sècheresse sans précèdent dans l’histoire moderne, exacerbée par le changement climatique. » Série prise en noir et blanc, « No Agua, No Vida » documente la vie des habitants autour du fleuve mais aussi la disparition de ce dernier. « Je photographie la terre, les gens et leur civilisation au bord de l’effondrement » affirme le photographe.

JOHN TROTTER
« L’écologiste local Juan Butrun fait semblant de boire de l’eau du canal asséché du fleuve Colorado alors qu’il est à la recherche du flux d’eau qui se déplace lentement depuis le barrage de Morelos, quelques kilomètres en amont. En quelques heures, il atteindra cet endroit, mais dans moins de deux mois, le lit du fleuve sera à nouveau asséché. » © John Trotter
JOHN TROTTER
« Le parc aquatique Big Surf à Tempe, Arizona, avec la plus ancienne machine à vagues récréative des États-Unis. La ville reçoit le fleuve Colorado du lac Havasu, situé à plus de 300 kilomètres, via le canal du Central Arizona Project. » © John Trotter

Paloma Laudet – « No Man’s Land »

Il existe bel et bien des murs et des barbelés en France. À Calais, près de 65 kilomètres de clôtures barbelés dentellent la ville. Depuis les accords du Touquet signés en 2003, on assiste à une externalisation de la frontière britannique sur le sol français. L’Angleterre a versé plus de 170 millions d’euros à la France pour la sécurisation de sa frontière face à l’afflux de migrants dans le Pas-de-Calais. Depuis mars 2020, la photographe Paloma Laudet parcourt ce mur. Elle photographie les clôtures, barbelés, caméras de vidéosurveillance, matériaux de détection infrarouge et tous les autres dispositifs qui entravent la vie des migrants : de l’évacuation des camps aux néons installés dans la ville pour les empêcher d’y installer des tentes et de dormir. Série photographique nécessaire sur ce mur que l’on ne veut pas voir, sur ce qu’il implique pour les migrants mais aussi pour les habitants de la ville, « No Man’s Land » vient éveiller les consciences.

SANDRA MEHL
© Sandra Mehl
SANDRA MEHL
© Sandra Mehl
SANDRA MEHL
© Sandra Mehl

Sandra Mehl – « Leur éternel »

PALOMA LAUDET
« Le long de la plage de Sangatte, une commune proche de Calais, on peut y voir de nombreux trous creusés dans le sable. Les exilés y cachent des bateaux et/ou des moteurs afin de tenter la périlleuse traversée de la Manche. De nombreuses patrouilles de police tentent de débusquer le matériel sur la plage. En 2020, 206 découvertes de matériel d’aide à la traversée on été recensées, soit autant de traversées empêchées. Calais, France. 02/03/2021. » © Paloma Laudet / Collectif Hors Format

« De Corbeil-Essonnes, je voulais raconter la jeunesse » annonce Sandra Mehl qui, avant d’être photographe, a été chef de projet urbain dans les quartiers populaires du sud de la France. C’est dans le cadre d’une résidence photographique à Corbeil-Essonnes que sa série « Leur éternel » est née. Pour cette photographe qui favorise les projets au long cours au sein des groupes et des territoires qu’elle documente, son immersion dans la ville de Corbeil-Essonnes l’a menée à porter pendant un an son regard sur la jeunesse, et en particulier sur leurs relations amoureuses. « J’ai mené une exploration intime de la ville pour découvrir les territoires des filles, ceux des garçons, les espaces où ils se rencontrent, se retrouvent, flirtent, célèbrent un moment d’éternité. Parfois, à l’abri des regards, quand les relations amoureuses s’avèrent inavouables dans l’espace public. » Munie d’un moyen format argentique, Sandra Mehl a photographié la tendresse de Corbeil-Essonnes.

Festival l’œil urbain, Corbeil-Essonnes, du 1 avril au 22 mai 2022.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.