Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Tina Modotti, résolument anticonformiste

Au Jeu de Paume, l’exposition « Tina Modotti: l’œil de la révolution » rend hommage à l’œuvre considérable de cette photographe engagée, dont les images témoignent de la lutte pour la justice sociale et économique au sein du Mexique postrévolutionnaire.

Dans le monde de l’art, l’heure est à la redécouverte des femmes. Grandes oubliées de l’histoire, au mieux, on les relie à une figure masculine, au pire, elles tombent dans l’oubli. Tina Modotti ne fait pas exception à la règle. Photographe et activiste politique d’origine italienne, elle est l’une des grandes figures féminines de la photographie. Pourtant, il faut attendre 1973 pour que son nom sorte de l’ombre. Les Rencontres d’Arles en 2000 avaient contribué à la faire connaître pour la première fois en France. 23 ans après, le Jeu de Paume offre une rétrospective sans précédent, mettant en lumière l’œuvre de Modotti. Du portrait aux natures mortes, en passant par la photographie documentaires, près de 240 tirages retracent la carrière unique de cette photographe et militante révolutionnaire.

Avant même d’entrer dans le Jeu de Paume, l’affiche de l’exposition déployée sur les bannières extérieures capture l’esprit révolutionnaire de Tina Modotti. Cette image emblématique, intitulée « Femme au drapeau », est l’une des plus célèbres de l’artiste On y voit une femme d’origine populaire se draper dans le drapeau de la révolution, une sorte de mise en scène militante qui rappelle la Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix. 

© Tina Modotti, Femme au drapeau, 1927, The Museum of Modern Art, New York.
© Tina Modotti, Femme au drapeau, 1927, The Museum of Modern Art, New York.

Amour et révolution

Fille d’une couturière et d’un mécanicien, Tina Modotti n’a que 16 ans lorsqu’elle traverse l’Atlantique pour aller à San Francisco. L’Amérique lui ouvre les bras et elle y exerce de nombreuses professions : couturière, mannequin, actrice… En 1921, à Los Angeles, elle fait une rencontre qui bouleverse le reste de sa carrière. Edward Weston. Le couple s’installe au Mexique en 1923. Débute alors une collaboration artistique, mais surtout une histoire d’amour. Modotti, habituellement devant l’objectif, s’initie à la discipline de la photographie aux côtés de Weston.  

Si on la relègue souvent au rang « d’associée de Weston », ou encore de son amante, Tina modotti se distingue progressivement de son « maître », adoptant un style plus naturel et refusant le formalisme.  Défendant une photographie engagée, elle apporte une dimension résolument politique à l’héritage moderniste de Weston. Ses photos reflètent les réalités sociales, telles que la représentation de la maternité ouvrière, ou la remise en question du capitalisme. Tout est affaire d’allégorie. Ainsi une cartouchière, un épi de maïs et une guitare disposés à la manière d’une nature morte deviennent le symbole d’un pays en lutte.

Isabel Tejeda Martín, commissaire de l’exposition, qualifie son regard d’« incarné » : un regard hérité de ses origines socialistes, avant tout tourné vers l’humain. C’est au Mexique post-révolutionnaire que Tina Modotti affirme son esprit anticonformiste. En plein essor artistique et politique, l’atmosphère enflammée du pays est un terreau fertile pour son engagement social et politique. Qu’elle capture les mouvements sociaux ou les injustices, on y voit avant tout des Hommes, opprimés, marginaux, qui s’unissent pour la même cause.

© Tina Modotti, Cartouchière, faucille et guitare, 1927, Collection et archives de la Fundación Televisa, Mexico.
© Tina Modotti, Cartouchière, faucille et guitare, 1927, Collection et archives de la Fundación Televisa, Mexico.
Tina Modotti Roses, 1924 Palladiotype, tirage d’époque 18,7 × 23,4 cm Collection et archives de la Fundación Televisa, Mexico
© Tina Modotti, Roses, 1924, Collection et archives de la Fundación Televisa, Mexico.
Tina Modotti Chapiteau de cirque, 1924 Tirage gélatino-argentique 23,5 × 17,8 cm Collection du Center for Creative Photography, University of Arizona. Fonds Edward Weston
© Tina Modotti, Chapiteau de cirque, 1924, Collection du Center for Creative Photography, University of Arizona. Fonds Edward Weston.
Tina Modotti Sans titre (Indiens transportant des chargements de feuilles de maïs pour la préparation des « tamales »), 1926-1929 Tirage gélatino-argentique 8,73 × 7,3 cm San Francisco Museum of Modern Art. Donation de l’Art Supporting Foundation, John « Launny » Steffens, Sandra Lloyd, Shawn et Brook Byers, Mr. et Mrs. George F. Jewett, Jr., et donateurs anonymes
© Tina Modotti, Sans titre (Indiens transportant des chargements de feuilles de maïs pour la préparation des « tamales »), 1926-1929, San Francisco Museum of Modern Art. Donation de l’Art Supporting Foundation, John « Launny » Steffens, Sandra Lloyd, Shawn et Brook Byers, Mr. et Mrs. George F. Jewett, Jr., et donateurs anonymes.

De l’art de s’opposer

Selon Isabel Tejeda Martín, si Tina Modotti n’apparaît que tardivement dans l’histoire de la photographie c’est probablement pour trois raisons : d’une part, son statut de femme, de l‘autre, celui de photographe, un domaine longtemps considéré comme une sous-discipline artistique, et surtout, son adhésion au Parti communiste mexicain (PCM). Tina Modotti évolue dans le cercle très politisé des artistes d’avant-gardes. Elle devient la principale photographe officielle du muralisme mexicain, un mouvement artistique et révolutionnaire dont l’activiste et artiste Diego Rivera est la figure de proue. Elle collabore ensuite avec diverses publications et revues communistes, telles que Mexican Folkways, Horizonte, Forma ou El Machete, la publication historique du Parti communiste du Mexique.

Ses contacts étroits avec Diego Rivera, ainsi qu’avec Xavier Guerrero, dessinateur, graveur et surtout leader du PCM, lui valent d’être expulsée du Mexique en 1930. Réfugiée à Berlin, elle est incapable de vivre de son art. Son activisme politique prend peu à peu le dessus sur sa pratique de la photographie. Après une halte à Moscou, puis en Espagne en pleine guerre civile où elle s’affirme en tant que coordinatrice du congrès antifasciste, elle regagne le Mexique en 1939. C’est là, dans son pays d’adoption, qu’elle s’éteindra trois ans plus tard, emportée par une crise cardiaque. On retiendra d’elle, d’une part, sa voix et sa présence sur le terrain pour défendre les droits des travailleurs et des opprimés, de l’autre, son œil révolutionnaire, outil de changement social, incarnant la convergence de l’art et de la politique. Car plus qu’une photographe, Tina Modotti était une militante. 

© Tina Modotti, Travailleur lisant El Machete, 1927, avec l’aimable autorisation de la galerie Throckmorton Fine Art, New York.
© Tina Modotti, Travailleur lisant El Machete, 1927, avec l’aimable autorisation de la galerie Throckmorton Fine Art, New York.
© Tina Modotti, Paysanne zapotèque portant une cruche sur son épaule, 1926, Collection et archives de la Fundación Televisa, Mexico.
© Tina Modotti, Paysanne zapotèque portant une cruche sur son épaule, 1926, Collection et archives de la Fundación Televisa, Mexico.
© Tina Modotti, Homme portant une poutre, 1928, Collection et archives de la Fundación Televisa, Mexico
© Tina Modotti, Homme portant une poutre, 1928, Collection et archives de la Fundación Televisa, Mexico.

Tina Modotti : l’œil de la révolution, au Jeu de Paume (Paris), du 13 février au 12 mai 2024.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter de Blind.