Blind Magazine : photography at first sight

La folie du Roller Disco dans le Los Angeles des années 1980

Un remarquable nouveau livre célèbre le Flipper’s Roller Boogie Palace, décrit comme le « Studio 54 sur roulettes ».

Dans les années 1940, un jeune garçon du nom de Bill Butler attend chaque semaine la seule nuit où les Noirs peuvent patiner à l’Arcadia Roller Rink de Detroit. Maîtrisant ce passe-temps américain classique qui combine sport et danse, Butler deviendra le parrain du roller disco. Connu sous les noms de M. Charisma et Brother Bounce, Butler contribuera aussi à la renommée mondiale de cette forme artistique en introduisant un nouveau groove, collant à l’esprit libre des années 1970.

Jim Frank
Soirée Halloween au Flipper © Jim Frank

Avec le disco qui envahit les boîtes de nuit, ce n’est qu’une question de temps pour que les pistes de patins à roulettes, d’un bout à l’autre du pays, se transforment en salles de danse équipées de puissantes sono et d’éclairages psychédéliques, animées bien évidemment par des DJs. De 1979 à 1981, le Flipper’s Roller Boogie Palace est the place to be à Los Angeles. Décrit comme le « Studio 54 sur roulettes » par l’actrice Jacklyn Smith, le Flipper’s illustre la fusion parfaite des scènes punk, funk, disco, new wave et people de Los Angeles.

Tout commence lorsque Ian « Flipper » Ross fait une visite inoubliable à l’Empire Roller Disco à Brooklyn – le port d’attache de Bill Butler. « Vous ouvriez la porte et il y avait ce bruit, ce son qui vous frappait en plein visage. C’était chaud et fort. Vraiment incroyable », raconte Ross à Jimmy Iovine dans le nouveau livre Flipper’s Roller Boogie Palace (IDEA Books). « Il n’y avait que des Noirs, et ils étaient habillés à la perfection. Et je me suis dit : « Mon Dieu. » Je n’avais tout simplement aucune idée de ce dont il s’agissait, les gens en parlaient, mais je n’avais jamais imaginé qu’un lieu aussi incroyable puisse exister. »

Jim Frank
Patins à roulettes assistés au Flipper’s © Jim Frank
Jim Frank 
Fille devant le mur © Jim Frank 

Ross n’a alors pas l’intention d’ouvrir sa propre discothèque rollers. Mais près son retour à Los Angeles, il apprend qu’un bâtiment est à vendre à l’angle de La Cienega et de Santa Monica Boulevard, au cœur de West Hollywood. Il peut l’acheter grâce au soutien du fondateur de Motown, Berry Gordy. Conçu comme la première discothèque, boîte de nuit et cabaret rollers au monde, le Flipper’s Roller Boogie Palace ouvre officiellement ses portes le 4 juillet 1979. « C’était vraiment une grande nuit. Je pense que ça s’est mal terminé parce que j’ai été arrêté », a dit Ross à Iovine. « Oui, j’ai été embarqué. Des shérifs m’attendaient. »

Bounce, Rock, Skate, Roll

Un trio au Flipper’s © Craig Dietz

« Quand il a ouvert ses portes, le Flipper’s était l’un des endroits les plus branchés de la ville. Ce fut la folie pendant quelques mois », écrit le musicien Nile Rogers dans le livre. « J’y suis allé avec Madonna. Et avec Basquiat parce que l’endroit était proche de celui où nous avions l’habitude de faire du shopping. La piste de Washington était fréquentée presque exclusivement par des Noirs et celle de Sunset était très multiculturelle, mais lorsque le Flipper’s a ouvert, c’était à l’époque de la folie du disco et du concept “nous ne faisons qu’un”. »

Flipper’s Roller Boogie Palace témoigne de cette vibration, avec ce mélange éclectique et inclusif de personnalités. L’auteur, Liberty Ross, donne un véritable aperçu de la vie et de l’œuvre de son père, en y ajoutant des témoignages des membres de sa famille et de la famille élargie : le personnel et les habitués comme l’icône punk Pleasant Gehman, ainsi que des amis célèbres tels Cher, Laura Dern, Arnold Schwarzenegger et l’imprésario Rodney Bingenheimer.

Ivy Ney
Femmes avec des patins © Ivy Ney
Craig Dietz
© Craig Dietz

Le livre comporte 205 pages remplies de photographies de Craig « Cisco » Dietz et Jim Frank, d’instantanés personnels, de coupures de presse, de publicités et de matériel promotionnel, ainsi que de souvenirs de la culture pop, comme les coulisses de l’épisode de Charlie’s Angel, « Angels on Skates », filmé chez Flipper. La conception artistique inspirée du scrapbooking, les éléments du design dans le style des années 1980 et la palette de couleurs néon de Flipper’s Roller Boogie Palace transforment le livre en une capsule temporelle qui vous donnera envie de sortir un top mini, un legging sexy et des jambières, de lacer une paire de patins blancs, et de glisser sur la piste sous les paillettes de la boule à facettes.

Par Miss Rosen

Miss Rosen est journaliste. Basée à New York, elle écrit à propos de l’art, la photographie et la culture. Son travail a été publié dans des livres et des magazines, notamment Time, Vogue, Artsy, Aperture, Dazed et Vice.

Flipper’s Roller Boogie Palace est publié par IDEA Books.

Craig Dietz
La table des filles © Craig Dietz
Avec l’aimable autorisation de Flipper
Avec l’aimable autorisation de Flipper
Ivy Ney
Femmes avec des patins © Ivy Ney
Craig Dietz
© Craig Dietz

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.