Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Quand le sport redevient un jeu

Le troisième livre de Sol Neelman, « More Weird Sports », est une manière amusante et surprenante de célébrer ce que nous oublions souvent à propos du sport et de nous-mêmes.

D’où vient votre passion pour le sport ? 

Quand j’étais jeune, je jouais au basket-ball. J’étais sur le banc de touche, et je n’intervenais que lorsque le match devenait incontrôlable. J’étais un enfant très maladroit, grand et maigre, sans grande confiance en moi, mais en faisant partie d’une équipe, j’avais l’occasion de faire partie d’une communauté. Cela signifiait beaucoup de sentir que j’étais « que j’étais au sein de quelque chose ». Et j’aimais vraiment le sport, même si je n’étais pas un bon athlète.

C’était la même chose pour la photographie. J’ai photographié l’annuaire pendant toute la durée de l’école, mais aussi tout ce qui concerne les bals de fin d’année ou le sport. C’était comme faire partie de l’équipe d’un magazine ou d’un journal.

Le basket-ball et la photographie étaient des moyens de participer à des situations sans avoir à être à 100 % au centre de l’attention. Même aujourd’hui je me retrouve parfois à un mariage où l’on ne me demande pas d’être le photographe, mais je prends quand même des photos parce que cela me permet de m’engager et de prendre du recul quand j’en ai envie. C’est un espace sûr.

© Sol Neelman
Échecs Boxe © Sol Neelman
© Sol Neelman
Journées du Burro et courses de lamas © Sol Neelman
Championnat du monde de hockey subaquatique
Championnat du monde de hockey subaquatique. © Sol Neelman
Le Mud Bowl © Sol Neelman
Le Mud Bowl © Sol Neelman

Tout ce projet a été réalisé en réponse à des publications qui ne voulaient pas publier mon travail. Lors d’une réunion à Sports Illustrated il y a plusieurs années, au moment où j’ai commencé à travailler sur cette idée, le rédacteur en chef m’a dit que j’avais le portfolio le plus drôle qu’il ait vu depuis des années, mais n’a jamais publié aucune de ces images. 

J’ai donc commencé à le faire. J’ai cessé de demander l’approbation. J’ai utilisé l’argent que je gagnais grâce aux travaux commerciaux, qui payent très bien, et je l’ai utilisé pour voyager. Je logeais chez mes amis, je dormais sur leur canapé, je les emmenais avec moi et nous passions un bon moment, mais personne ne voulait de mon travail jusqu’à la sortie de mon premier livre.

J’ai beaucoup appris de Mike Davis, un éditeur de photos qui a travaillé au National Geographic et à la Maison Blanche. Il est très doué pour le séquençage et pour trouver des moments qui sont très révélateurs et qui ne sont pas évidents. J’ai photographié quelques Jeux olympiques et j’ai demandé à Mike d’éditer mon travail. 

Les photos qu’il choisissait, celles que j’aimais ou que j’ai appris à apprécier, n’étaient pas celles qui étaient diffusées. Il m’a donné beaucoup de confiance pour collecter et mettre en valeur des images qui ne sont pas traditionnelles dans le domaine du sport. Je me demande souvent ce que ferait Mike et j’essaie de faire quelque chose de similaire.

En général, il est difficile pour les rédacteurs de se pencher sur des images un peu surréalistes ou humoristiques. On a l’impression qu’ils veulent être plus sophistiqués ou plus sérieux.

4 avril 2010 : 10e course annuelle "Bring Your Own Big Wheel" à San Francisco, Californie © Sol Neelman
4 avril 2010 : 10e course annuelle “Bring Your Own Big Wheel” à San Francisco, Californie © Sol Neelman
Kaiju Big Battel © Sol Neelman
Grand combat Kaiju © Sol Neelman

Ou “standard” ?

Oui, je veux dire qu’un rédacteur en chef m’a dit qu’il « ne voulait pas faire de vagues ». Il ne voulait pas s’écarter de l’héritage de la publication. C’était frustrant, car j’essayais de prendre des risques. Les clients commerciaux sont similaires. Ils veulent un look cool. Ils veulent des photos dynamiques et soignées, ce qui n’est pas moi. 

J’ai l’impression qu’on m’engage grâce à mes relations, pas nécessairement grâce à mon travail personnel. J’ai fait des photos dont je suis très fier pour tous mes clients, mais les photos qu’ils choisissent ne dépendent pas de moi et, en général, quand je vois ce qu’ils ont choisi, je ne suis pas satisfait. 

Lorsque Kehrer Verlag a décidé de publier mon premier livre, j’ai eu la possibilité de montrer l’ensemble de mon travail comme je le souhaitais et sans aucun contrôle de la part de qui que ce soit en qui je ne croyais pas. C’était une étape importante pour moi.

La plupart des images sportives reposent sur une rhétorique claire, liée à l’importance d’être un vainqueur. Votre travail contourne complètement cette rhétorique. Pensez-vous que c’est la raison pour laquelle certains éditeurs ne comprennent pas ?

C’est certain. Il règne souvent une atmosphère toxique dans les sports très compétitifs, et les marques elles-mêmes sont souvent tentées par l’idée d’être les meilleures. Je me souviens que les propriétaires d’une entreprise pour laquelle je travaillais étaient très jaloux d’une autre entreprise. Je leur ai dit : « Vous êtes une entreprise qui vaut des milliards de dollars. Ne pouvez-vous pas les laisser faire ? Vous n’avez pas assez de succès ? »

À l’autre bout du spectre, les gens pratiquent des sports bizarres parce qu’ils veulent simplement s’amuser. C’est comme être un enfant. C’est comme être dans le jardin, créer un jeu, faire venir des amis voisins et inventer un sport en fonction de l’équipement que l’on a ou du temps qu’il fait. Et vous vous amusez. Je ne pense pas que beaucoup de marques savent comment s’amuser. Je ne pense pas que beaucoup de publications savent comment s’amuser.

Randonnée en rondins pendant l'Onbashira, sanctuaire inférieur (Shimosuwa) © Sol Neelman
Chevauchée en rondins pendant l’Onbashira, sanctuaire inférieur (Shimosuwa) © Sol Neelman

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la façon dont certains sports bizarres voient le jour ? 

Beaucoup de sports bizarres existent parce que quelques personnes ivres décident de faire une compétition pour voir qui est le meilleur dans un domaine. Par exemple, un habitant de l’Iowa et un habitant de l’Illinois ont parié pour savoir qui était le plus fort, et ils ont décidé de faire un tir à la corde sur le fleuve Mississippi, un immense cours d’eau, à la frontière entre les deux États.

Dans l’Oregon, un sport appelé Pigs’N’Ford est né de la rencontre de deux amis conduisant une voiture de modèle T qui ont vu un fermier essayer de retrouver son cochon sur une route de campagne. Ils ont aidé le fermier à retrouver son cochon et l’ont ramené en voiture. Ils se sont tellement amusés qu’ils en ont fait un événement annuel à la foire du comté. Ils le font depuis 1925 avec les mêmes voitures, et les conducteurs sont les descendants des premiers éleveurs de porcs, de sorte que toutes les familles le font depuis le tout début. 

Le gagnant que j’ai photographié pleurait comme un enfant, tellement il était fier d’avoir remporté une épreuve à laquelle son grand-père avait participé. C’est un événement un peu loufoque, mais l’histoire et l’héritage qu’il représente sont magnifiques. J’ai toujours la chair de poule en y pensant, ce qui est étrange d’une certaine manière, car il s’agit en fait de courses de voitures avec des cochons sous le bras. Beaucoup de gens discréditent ces traditions simplement parce qu’elles sont non traditionnelles et localisées au sein d’une petite communauté.

Les hommes participent à la course annuelle Pig-N-Ford à la foire du comté de Tillamook à Tillamook, Ore. Deux demi-finales ont eu lieu le 8/11/07, suivies de la course du championnat du monde.
Les hommes participent à la course annuelle Pig-N-Ford à la foire du comté de Tillamook à Tillamook, Ore. Deux demi-finales ont eu lieu le 8/11/07, suivies de la course du championnat du monde. © Sol Neelman

J’ai essayé d’imaginer les sports les plus courants vus à travers les yeux d’un extraterrestre ou de quelqu’un qui n’est jamais venu sur Terre. Tout est potentiellement bizarre si vous ne l’avez jamais vu auparavant, n’est-ce pas ? 

Bien sûr, et je pense que l’avantage de ce projet est qu’il me permet de décider moi-même de ce que je considère comme bizarre. Le curling, par exemple, est désormais populaire au Canada et je trouve cela vraiment curieux. Ou le biathlon, qui est très populaire en Scandinavie. Quelqu’un m’a demandé ce qu’il y avait de si étrange dans ce sport. Je lui ai répondu qu’il s’agissait de skier avec un fusil. Mais c’est aussi probablement pratique si vous vivez là-haut, que vous skiez et que vous essayez de chasser. 

Je pense également que nous sommes moins facilement surpris aujourd’hui, car les trois dernières années ont été si choquantes à bien des égards. La dernière photo que j’ai prise pour le livre date de mars 2020, lors d’une compétition de dégustation de bière dans le Wyoming. Ce jour-là, le Covid-19 a été déclaré pandémie mondiale. Nous sommes rentrés chez nous, nous nous sommes enfermés et le sport a complètement disparu pendant un long moment.

62e course annuelle de pancakes à Liberal, Kansas. © Sol Neelman
62ème course annuelle de pancakes à Liberal, Kansas. © Sol Neelman
© Sol Neelman
Courses internationales d’autruches de Virginia City, 2011. © Sol Neelman

Il existe des terminologies et des comportements codifiés autour des sports les plus populaires. Les sports moins connus pourraient-ils être un moyen de franchir la barrière du socialement acceptable et de voir ce qui est permis ? De de salir ? 

Se salir est un point important. J’adore me salir. Nous n’avons pas le droit de le faire lorsque nous nous promenons tous les jours, c’est donc une liberté. C’est aussi une situation où l’on peut se mettre à l’épreuve. Personne n’est un athlète professionnel, alors on peut s’amuser. J’ai rencontré beaucoup de gens qui participent à des événements sportifs bizarres et qui ont des emplois très traditionnels. Ils travaillent dans un bureau, ils ont une famille, et c’est la seule fois où le sport leur permet de se couvrir de boue, ou de crier de joie, lors d’un événement qui va bien au-delà de ce qu’ils vivent normalement. Beaucoup de gens cherchent à mettre du piment dans leur vie.

Lorsque j’étais un jeune photographe débutant, je voulais impressionner des publications telles que National Geographic, Sports Illustrated et ESPN. Je me disais : « Regardez-moi, je suis un photographe sophistiqué ».

Aujourd’hui, ce qui est vraiment spécial, c’est lorsque des amis m’envoient des photos de leurs enfants complètement captivés par mes livres. Ils me les demandent pour les lire au coucher et, vous savez, ils font de très beaux rêves. Quand on est enfant, on a le droit de s’amuser. On vous encourage à vous amuser. À l’âge adulte, la vie devient plus sérieuse et je pense que nous essayons tous de retrouver l’enfant qui est en nous et de célébrer ce que c’est que de lâcher prise, et de s’amuser.

Course extrême de Jeep Barbie © Sol Neelman
Course extrême de Jeep Barbie

Le livre « More Weird Sports » est publié par Kehrer Verlag et disponible au prix de 29,90 euros.

Des exemplaires dédicacés du livre sont disponibles sur ce lien.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter de Blind.